fraudes publicitaires

Les nouvelles techniques pour contrer les fraudes publicitaires

Bien que les solutions antifraudes soient de plus en plus sophistiquées, il existe actuellement des moyens assez simples pour tricher en vue de vicier les consentements, la donnée de géolocalisation ou les publicités. En effet, les années passent mais les tentatives de fraude restent une activité lucrative pour les acteurs mal intentionnés. Ainsi, pour pouvoir les contrer mieux vaut être tout le temps à la page de leurs techniques d’invasion.

Le détournement de l’outil de protection d’Ads.Txt

Longtemps connu comme le remède incontournable pour la fraude publicitaire, le protocole d’Ads.Txt permet de recenser tous les revendeurs autorisés. Ce système permet aux consommateurs de s’assurer qu’ils achètent bien un inventaire et non une copie. Grâce à sa performance, il est utilisé par 83% des sites de vente et de media en France.

Cependant plusieurs spécialistes des évaluations de media ont récemment affirmé l’existence d’un robot à la pointe de la technologie qui est capable de contourner la certification mise sur pied par l’IAB. En conséquence 70 à 80 milliards de dollars ont été détournés par le biais de ce procéder. Ainsi pour aller à son encontre, le mieux c’est de travailler avec l’éditeur en direct même si le marché en ligne fourmille d’intermédiaire.

Le consentement vicié

Grâce à l’évolution de la technologie, la récolte des consentements de l’internaute devient le nerf de la guerre en matière de fraude publicitaire. En général, les éditeursassemblent ces derniers via une CMP puis les transmettent aux clients grâce à quelques Framwork imaginés par l’IAB ou le TCF. Ce sont des outils performants permettant aux acteurs et aux clients de s’assurer que les données qu’ils reçoivent sont effectivement en conformité avec la loi.

Néanmoins, même avec autant de précaution, cela ne permettra pas de se prémunir contre les acteurs malintentionnés. En effet, grâce à leurs savoirs faire techniques, ils peuvent manipuler à leurs guises la chaine de consentement sans que les autres acteurs s’en aperçoivent. Parfois il suffit qu’un zéro devienne un 1 dans cette chaine de consentement pour que la volonté du consommateur soit négligée. Cette faille pose actuellement beaucoup de problèmes aux éditeurs et pour aller à son encontre il n’y a rien de mieux que de limiter le maximum d’intermédiaire. De ce fait, il faut travailler en direct avec les éditeurs de confiance. Le fait d’instaurer des Blockchain qui permettent de traquer ces faux consentements est aussi une alternative à prendre en compte.

Les fraudes concernant les dates de géolocalisation

Il s’agit du fait que certains spécialistes de la vente de géolocalisation ne souhaitent pas partager leurs localisations lorsqu’ils sont inactifs. En théorie seuls les internautes qui utilisent leurs applications à l’endroit où se trouvent les annonceurs peuvent être ciblés. Un tel procédera a été mise en place pour éviter à tout acteur malhonnêtede s’infiltrer dans les bases de données lorsque le gérantlui-même est inactif. Cependant, ces derniers disposent d’un robot performant pour rendre inexacte la géolocalisation en vue de gonfler les informations. Pour combattre une telle arnaque, la seule solution possible est de travailler en direct avec les fournisseurs de données. Il est également possible de solliciter l’aide d’un spécialiste de détection des fraudes pour protéger les données.

admin Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *